fr
8 ᵒ

Emilie, mosaïste à Plassac

Sous l’impulsion de l’artiste mosaïste Emilie Baudrais, un musée à ciel ouvert prend vie autour de la villa gallo-romaine de Plassac. Deux premières œuvres ont été réalisées dès l’été 2017, par les habitants eux-mêmes. Un projet aux multiples facettes

Emilie Baudrais : cette mosaïste passionnée veut « mettre de la couleur et faire un parcours itinérant dans sa commune »
Emilie Baudrais : cette mosaïste passionnée veut « mettre de la couleur et faire un parcours itinérant dans sa commune »

 

Ce n’est pas un hasard si Emilie Baudrais, artiste mosaïste, a installé son atelier « Babylon » à quelques dizaines de mètres de la villa gallo-romaine de Plassac. « J’ai très vite imaginé comment dialoguer avec les besoins du lieu », témoigne l’ancienne résidente de la Citadelle de Blaye. Son projet “Village de mosaïques” a été accueilli avec enthousiasme par la commune.

 

 

 

 

« La mosaïque, peinture pour l’éternité, est une technique artistique qui fait écho au patrimoine. » Et elle n’est pas la seule ! Bouillonnante touche à tout, Emilie Baudrais envisage de « faire cohabiter » les inspirations et créativités de ses collègues du territoire.

Ainsi, depuis 2017, céramique et vitrail se mêlent à la mosaïque sur les deux premières œuvres qui sont exposées à ciel ouvert, « à la vue de tout le monde ».

 

Première phase du projet : les empreintes végétales en argile. « Le plus dur est d’obtenir la bonne matière » puis comme en cuisine, on prend son rouleau à pâtisserie
Première phase du projet : les empreintes végétales en argile. « Le plus dur est d’obtenir la bonne matière » puis comme en cuisine, on prend son rouleau à pâtisserie

L’argile pour immortaliser la nature, c’est habile !

Françoise, Marie, Danielle et Claudine ont attaqué le 9 juin 2017, par une balade dans la nature plassacaise à la conquête d’empreintes végétales. « On n’imagine pas le potentiel de toutes ces feuilles,s’émerveille leur directrice artistique : elles deviennent un outil, pinceau ou tampon ». Le Phlomis lève son voile et se mue en étoile… Chaque nervure se dessine sur la terre chère au peintre céramiste Eric Roger, pour un résultat bluffant de précision et d’une esthétique unique.

Marie et Danielle sont fières d’avoir mis la main à la pâte « pour Plassac. Par rapport à notre musée archéologique, c’est très intéressant ». Par cette technique, les végétaux cueillis sont fossilisés.

Sur cette première œuvre, intitulée “Promenade végétale en Haute-Gironde”, raisin et roseaux des marais seront mis en musique par la mosaïque.

 

 

 

 

L’estuaire se reflète dans le vitrail : sacré travail !

Artiste insatiable, Emilie Baudrais puise son inspiration dans la nature et vise, au travers de ses créations, à « donner vie aux matériaux. Il faut réussir à les faire discuter entre eux ». Avec le “Village de mosaïques”, elle crée le dialogue avec les habitants et touristes en les invitant à un jeu de piste artistique.

Il part logiquement de la villa gallo-romaine, à l’entrée de laquelle sera exposée la première œuvre, « pour s’élargir au village ». Les “Reflets sur l’estuaire” trouveront place face à la Gironde.

Et chaque année a son duo de tableaux. Emilie Baudrais et sa joyeuse bande ont recouvert, par exemple, une coque de bateau en mosaïque et l’ont installé au port. Ils nourrissent le doux de  voir en 2027 « vingt mosaïques à Plassac ! ».

Stages de groupes ouverts à tous à partir de 14 ans. Tarifs variables selon les périodes entre 175 et 240 €.

Inscriptions au 06 88 75 62 86.

 

 

 

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.
Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. En savoir +

J'accepte